Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

☭ Pour prendre date avant que

Posted on by Canaille Lerouge

This post was reposted from Le c@rnet de Canaille le Rouge.

 

les uns et les autres

ne s'échinent à tordre le réel

pour le glisser dans une analyse

les disculpant.

le retour vers Solferino
le retour vers Solferino

le retour vers Solferino

Déjà d'aucuns tentent de nous expliquer qu'ils n'y sont pour rien alors que dès la rentrée 2012 ils ont voté des textes traçant les contours de la politique condamnée hier, alors quen 2013 ils ont accompagné les budgets en ne votant pas contre voire en les soutenant, alors que jusqu'au bout ils ont voulu marier de force le feu de la colère populaire avec les eaux glacées du calcul politicien.


Ce qui vient de se passer dimanche était tellement prévisible que le nombre de ceux qui l'annonçaient depuis des mois, de façons convergentes, interdit de parler de surprise.


Des tendances ont été amplifiées mais à partir de choix de fond : le PS en Seine St Denis a déployé plus d'efforts pour détruire les municipalités communistes que pour combattre la droite. Bartolone à la manœuvre était d'autant plus à l'aise que Pierre Laurent de Nantes à Grenoble en passant par Lyon et Paris lui avait d'avance donné l'imprimatur du P"c"F.


Poursuite d'une politique aussi pour les verts qui ont mis en œuvre la stratégie inaugurée par Mamère à Bègles. Avec un point particulier pour Lipietz. Homme de tous les combats pour stigmatiser la SNCF et les cheminots mais épargnant la police de Vichy dès qu'il s'agit de déportation, il fait alliance avec les hommes du parti de Papon dans la circonscription de Marie Claude Vaillant Couturier. Toute pratique est pratique d'une théorie, cela se confirme.


Mais ces faits pour réels et porteurs de sens qu'ils sont ne font pas le fond de l'analyse.


La droite et son extrême ne sont pas victorieuses par un raz-de-marée électoral, mais par un reflux des voix qui jusqu'à présent soutenaient localement parce que les réalisations étaient au rendez-vous les représentant d'un parti qui s'inscrivait dans un projet global d'émancipation du monde du travail et donc de la classe ouvrière.


Ces municipalités de l'ex ceinture rouge qui viennent de tomber sous la coupe de la réaction ne sont-elles pas massivement composées de ces milliers de salariés dont un quart appartiennent à cette classe ouvrière qui a définitivement disparu du référentiel pécééfien ?


Le poids de la crise, les ophlm qui indèxent les loyers sur l'inflation quand le pouvoir d'achat baisse, les coupes claires dans les budgets des collectivités locales organisées par le PS au gouvernement. Face à cela l'absence de riposte politique de masse  parce que partenaires du dit PS pour tenter de sauver un siège de sénateur ou de VP de région le quel accompagne la privatisation des services publics, cela conduit à la grève des urnes. 

 

Une sanction cherchée, obtenue et méritée. Le vote de dimanche est un vote de classe comme le "non" de 2005 était un vote non pas de gauche, mais de classe.


MG Buffet a beau jeu de dire qu'il s'agit "d'un immense gâchis dû à la politique au service des patrons menée par Hollande" qui l'a fait roi et qui lui a accordé une paix royale ?


Entre ceux qui quoique produisant les richesses de ce pays n'ont pas le droit de participer à ses décisions, ceux qui voyant l'inanité des choix proposés ne vont pas s'inscrire sur les listes électorales et ceux qui veulent dire leur fait à ce pouvoir, ils finissent d'abandonner, après le national, régional et départemental maintenant au plan municipal le parti qui ne combat plus le patronat et les gouvernements à son service alors que c'était, il y a maintenant loin dans l'histoire, sa raison d'être.

 

Cela conduit à ce qu'avec moins de voix, mais plus de pourcentage, la haine et le capital grâce à la courte échelle faite par le gouvernement se retrouvent au-dessus de la ligne d'eau d'un vote populaire qui s'assèche comme la mer d'Aran.


Pour certains d'entre eux qui pensaient pouvoir localement sauver quelque chose le réveil est douloureux, peut-être vont-ils enfin tirer les conclusions qui s'imposent. 

 

Par endroit, l'ancrage encore populaire et la réalité des politiques locales suivies fait plus que sauver les meubles. C'est un point d'appui à condition d'en mesurer la fragilité et la durée devenue ephémère.

 

Pour les autres, ils vont persister. Ces derniers sont à considérer au même titre que ceux avec qui ils ne renoncent pas à s'allier. S'il fallait un seul exemple pris hors d'Ile de France pour ne pas parisianiser le débat, ce qui se passe autour de l'Ayraultport de Nantes éclaire le propos.



Ce ne sont pas des coups de menton matamores appelant à mener la lutte dans les municipalités qui seront suffisant (même si ce terrain est à occuper) mais la construction d'un projet d'une alternative politique qui fera que les abstentionnistes de mars 2014, parce qu'ils se seront mobilisés dans les entreprises, les quartiers, les services et établissements porteront une exigence de représentation à partir d'un projet politique codécidé et qui pour aboutir s'affranchisse de tous les hors-sols qui ont conduit à ce désastre.


Deux pistes pour cela : on nous avait rabâché que la proportionnelle ferait entrer l'extrême droite dans les hémicycles et conseils ; ils y sont entrés avec le scrutin uninominal à deux tours, scrutin qui a chassé les forces vives réelles du pays et a installé les aéroponiques hors-sols. 

 

Dans le champ des institutions la bataille pour la proportionnelle intégrale devient un impératif démocratique et républicain, il doit s'accompagner d'une intense bataille d'idées pour déprofessionnaliser la politique pour la rendre aux citoyens.


Mais sans projet de fond de rendre à la collectivité les richesses produites par le travail et la propriété collective des outils qui permettent aux femmes et aux hommes de produire ces richesses, pas d'issue durable et garantie.


Organisation de la citoyenneté et la maitrise des leviers de l'économie, cela s'appelle un projet communiste. C'est pour l'avoir délibérément ignoré que la direction du P"c"F à conduit ceux qui de façon consentante ou non à assumer la dérive du sigle et à porter les conditions de leur échec.

☭ Pour prendre date avant que

Comment on this post